Quand des chercheurs américains prédisent les risques de la maladie d’Alzheimer

Quand des chercheurs américains prédisent les risques de la maladie d’Alzheimer

Share Button

Des chercheurs américains de l’école de médecine de l’Université de Californie, ont réalisé un nouveau test génétique, leur permettant de savoir à quel âge une personne est susceptible de présenter des signes avant-coureurs de la maladie d’Alzheimer. Avec un test ADN, L’équipe de scientifiques a étudié la mutation de 26 gènes sur un échantillon de 70 000 personnes, âgées de plus de 65 ans. Sur cet échantillon, 53000 personnes étaient en bonne santé et 17000 étaient atteintes d’Alzheimer.

Jusqu’ici, tous les tests établis se sont appuyés sur les mutations de L’Apolipoprotéine E (APOE), qui est une classe d’apolipoprotéines que l’on retrouve dans les chylomicrons et les lipoprotéines de densité intermédiaire et qui se lie spécifiquement à des récepteurs spécifiques sur les hépatocytes et les cellules périphériques. Le test mis au point par ces chercheurs américains, montre des résultats élevés chez les personnes qui n’ont pas cette mutation génétique, mais exposées aux risques d’accroitre les symptômes de la maladie d’Alzheimer.

téléchargement (1)

Actuellement, il n’y a pas de traitement efficace pour cette maladie, hormis bien sûr, ceux qui la ralentissent. Mais une fois qu’un remède efficace aura été découvert, il est nécessaire de commencer à traiter la maladie, le plus rapidement possible, avant que les pathologies neurodégénératives aient raison du cerveau des personnes présentant des symptômes, ou atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Usine digitale

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>