Intelligence artificielle : un logiciel abat en 1s le travail que des avocats font en 360.000 heures

Home  >>  Actualité  >>  Intelligence artificielle : un logiciel abat en 1s le travail que des avocats font en 360.000 heures

Intelligence artificielle : un logiciel abat en 1s le travail que des avocats font en 360.000 heures

Share Button

La toute nouvelle intelligence artificielle de JPMorgan est l’employé du mois : elle peut résoudre en une seconde des arbitrages financiers qui prennent normalement quelques 360.000 heures de travail (soit une année) aux avocats de la firme. Le travail de cette machine artificielle, baptisée COIN, est d’interpréter les accords de prêts commerciaux. Et fait en prime nettement moins d’erreurs que les humains.

 

big d

Et au vu de leurs résultats on est tenté de leur donner raison : moins d’erreurs que les humains, un temps de traitement à la vitesse de la lumière, des personnels qui peuvent se concentrer sur des tâches moins rébarbatives, un fonctionnement en continu… JPMorgan a mis quelques 9,6 milliards de dollars dans une nouvelle équipe d’ingénieurs spécialisés dans le big data, l’intelligence artificielle, la robotique et le cloud histoire de développer ces technologies.

Et trouver de nouveaux moteurs de croissance pour garder son rang. Le but serait semble-t-il aussi d’obtenir un leadership dans les nouvelles technologies et les services financiers, en caressant l’espoir de vendre ses solutions à des clients institutionnels.

Alors que, pour le commun des mortels, l’avènement de ce type de technologie peut sembler synonyme de licenciement, une étude citée par Bloomberg réalisée sur 3.200 professionnels de la finance montre que dans ce secteur, les acteurs voient surtout le verre à moitié plein. Une vaste majorité des personnes interrogées pensent que cela va permettre d’améliorer leur carrière, par exemple en leur permettant de devenir plus efficaces.

big

 

Selon Matt Zames, COO de JP Morgan, la banque a utilisé trop longtemps des logiciels qui ne fonctionnaient pas ensemble.

« Nous devons absolument nous positionner comme chefs de file de la technologie dans les services financiers », a ajouté Zames.

Introduit en juin, COIN a été en mesure de réduire les erreurs au sein de milliers de contrats sensibles, fait valoir la banque. JP Morgan cherche maintenant à utiliser le logiciel pour d’autres projets comme l’identification de modèles de données et des relations. Le logiciel sera également utilisé pour d’autres processus financiers complexes. Finalement, COIN serait également en mesure de contribuer à l’interprétation des règlements et a l’analyse des communications d’entreprise.

Paper Geek

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>