Des artères imprimées en 3D pour réduire les risques lors d’opérations

Home  >>  Actualité  >>  Des artères imprimées en 3D pour réduire les risques lors d’opérations

Des artères imprimées en 3D pour réduire les risques lors d’opérations

Share Button

De nombreux secteurs tels que l’industrie, le modélisme, la joaillerie ou encore la médecine sont en proie à une véritable révolution. L’utilisation croissante de l’impression 3D ouvre jour après jour de nouvelles possibilités aux professionnels. Pièces ultra-robustes ou flexibles, résistantes à la chaleur ou bio-compatibles : les technologies et les matériaux se multiplient pour offrir toujours plus d’applications. Mais surtout, les imprimantes 3D de bureau ont démocratisé cette technologie là où auparavant seules les plus grandes entreprises y avaient accès. Désormais, un petit cabinet dentaire ou une petite maison de fonderie peuvent disposer d’une imprimante 3D et l’utiliser en interne.

 

formlabs-form2-imprimante-3d_00FA000001647477

 

L’une des opportunités les plus prometteuses aujourd’hui reste incontestablement l’impression 3D en médecine et en dentisterie. Qu’il s’agisse de créer des outils, des prothèses, des implants ou encore des guides chirurgicaux, l’impression 3D s’affirme peu à peu comme un indispensable lors des interventions chirurgicales. Elle devient une réponse aux enjeux sanitaires actuels et à venir, ouvrant la voie à des traitements toujours plus rapides, efficaces et personnalisés.

Les matériaux bio-compatibles des imprimantes 3D sont conçus pour rester en contact avec le corps humain et animal. Les pièces sont imprimées sur mesure pour s’adapter parfaitement aux besoins du patient et leur résistance permet un usage sur la durée sans risque sanitaire.

Bientôt, nous serons probablement capables de fabriquer des tissus biologiques voire des organes entiers : la bio-impression s’annonce pleine de promesses. Ce rêve n’a d’ailleurs plus rien de futuriste car imprimer des artères en 3D devient déjà une pratique courante dans les instituts et laboratoires de santé. Plusieurs instituts de cardiologie, dont L’institut de Melbourne ou L’Institut de Cardiologie Dante Pazzanese, utilisent ainsi l’impression 3D pour faciliter le diagnostic et le traitement des maladies cardiaques.

 

imprimante-3d-arteres-operation-1_01B0000001647476

 

En utilisant l’imagerie médicale du patient, il est aisé de modéliser ses artères sur support numérique puis de les imprimer en 3D. Cela a pour but de mieux visualiser où se trouve l’anomalie, donc de mieux déterminer comment la traiter et ainsi de réduire les risques d’échec lors de l’opération. Le patient est également rassuré car il peut voir physiquement l’opération qu’il va subir et ce de façon totalement personnalisée. Si son anatomie ne présente aucun obstacle à l’intervention, le médecin lui fait une démonstration directement sur le modèle imprimé.

Au besoin, il est possible d’ajuster rapidement et facilement la modélisation 3D et de relancer une impression. La flexibilité et la capacité d’itération des imprimantes 3D sont précieuses pour multiplier les essais et assurer un succès total.

Il est donc essentiel d’avoir des gestes sûrs et extrêmement précis, et c’est là que l’impression 3D apporte une aide considérable. Le Dr. Kemmling l’a vite compris et a pris une belle longueur d’avance en matière de high-tech. Grâce à l’impression 3D, il crée des répliques exactes des artères cérébrales de ses patients. Cela lui offre la possibilité de s’entraîner au préalable à l’opération, de façon personnalisée… donc plus sûre. Cet entraînement en amont peut réduire de 50% le temps de l’opération réelle !

 

(Source : generation-nt.com)
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>