L’impression 3D : bientôt dans votre assiette ?

Home  >>  Actualité  >>  L’impression 3D : bientôt dans votre assiette ?

L’impression 3D : bientôt dans votre assiette ?

Share Button

Imaginez ne plus avoir besoin de se déplacer au supermarché pour acheter ses aliments mais les imprimer directement chez vous ? On connaissait l’étendue de ses possibilités pour divers secteurs : mécanique, santé etc…, c’est maintenant au tour de l’alimentaire de connaitre sa révolution 3D. Quel est son fonctionnement ? Quelle est son utilité ? Prenez le temps de lire cet article pour tout comprendre.


Comment ça marche ?
Pour vous comme pour nous, une imprimante c’est d’abord du papier et de l’encre, le 3D n’étant alors que l’ajout du plastique. On vous rassure, vous ne mangerez pas de plastique, l’impression en 3D d’aliments se fait bien entendu avec des matières comestibles (sucre, chocolat, etc…).
Le principe reste identique que pour une impression 3D dans le secteur industriel. A partir d’un fichier source, les informations sont envoyées pour superposer des milliers de couches jusqu’à obtenir le résultat souhaité. Pouvez-vous à l’heure actuelle vous en servir dans votre coin, faire chez vous vos propres plats ? En théorie oui. Dans les faits, c’est un peu plus compliqué et les usages sont pour l’instant surtout professionnels. Le principal obstacle à un usage domestique est avant tout le prix. Celui des imprimantes mais aussi de la matière première nécessaire. On peut toutefois imaginer sans peine que dans un futur plus ou moins proche, au réveil, notre imprimante 3D se déclenchera automatiquement pour créer notre petit déjeuner.…

De la crêpe bretonne…
Si de nombreux projets voient le jour à l’heure actuelle, c’est le secteur industriel qui s’est le plus vite saisi accompagné par celui de la création artistique. Parallèlement à ce dernier, on peut trouver un très bon exemple en Bretagne.
Le Centre Culinaire Contemporain de Rennes, ouvert en 2013 s’est lancé dans la fabrication de crêpes à travers une imprimante 3D. L’objectif des deux chefs qui y travaillent est de respecter la recette traditionnelle tout en travaillant exclusivement sur le visuel. Dites adieu à la forme ronde traditionnelle, place maintenant à la Tour Eiffel.

… aux pizzas de la NASA
On peut aussi retenir le projet de l’imprimante 3D pour pizzas financée par la NASA. Son nom : « BeeHex », celle-ci est capable selon ses créateurs d’imprimer une pizza en 5 min. Pour la développer la NASA a accordé une bourse de 125.000 dollars !
On comprend assez vite que l’objectif visé par l’agence spatiale internationale est d’être capable de produire une alimentation de première qualité pour les astronautes durant les missions spatiales. Ce projet a été implanté dans des lieux d’événements culturels et sportifs se concentrant exclusivement sur les pizzas à l’heure actuelle. Le fonctionnement de la machine est simple : l’utilisateur passe commande via en choisissant le type de pâte, les ingrédients, la sauce ou encore le fromage. Un ordinateur donne ensuite les consignes à l’imprimante 3D.

Mais au final, ça vous branche vous les aliments 3D ?
Une question nous vient alors à l’esprit : est-ce que nous sommes vraiment prêts pour ce bouleversement culinaire ? Une étude s’y est intéressée. Dans un document publié en fin d’année dernière par le Centre for Creative and Cultural Research at the University de Canberra en Australie, on peut constater que les personnes interrogées seraient totalement prêtes à manger des plats imprimés en 3D sous réserve qu’ils apprécient déjà la version originale : oui à la pizza, non aux insectes.

Vous l’aurez compris, petit à petit, imprimer ses aliments va devenir possible. Après les livraisons, place à l’impression.

Objetconnecte.net

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>