Ne tombez pas dans le monde de l’inutile et de la poudre aux yeux

Ne tombez pas dans le monde de l’inutile et de la poudre aux yeux

Share Button

L’IoT est et sera notre nouveau compagnon au quotidien. Demain, des milliards d’appareils intelligents peupleront nos vies. Les idées et les porteurs de projets fusent, mais attention, rajouter « connecté » à la fin d’un objet d’usage n’en fait pas une révolution. A croire que chaque objet du quotidien est déterminé à devenir « intelligent ».

Des chiffres mirobolants

Si de nombreux objets naissent, c’est que les chiffres annoncés donnent le vertige et font rêver. Le cabinet d’étude GfK estime que chaque foyer français détiendra 30 objets connectés d’ici 2020. Pour donner un ordre d’idée, cela correspond à multiplier par 4 de 2015 à 2020. Les entrepreneurs avancent également des chiffres incroyables. Selon les cibles, que l’on touche les familles où les enfants, les chiffres explosent et représentent des dizaines de millions de clients potentiels, rien qu’en France.

Des données, toujours plus de données

La promesse qui accompagne ces objets est simple : faciliter la vie et veiller sur notre sécurité ou notre santé. Le problème, nous ne sommes pas faits pour gérer cette montagne de données. Imaginez chaque soir vérifier les statistiques de votre consommation électrique heure par heure, de votre sommeil, de votre activité physique, ou encore du taux d’humidité dans le salon ? Mais aussi les alertes sur votre smartphone signalant qu’il est temps de sortir le gratin du four ou de faire votre séance de yoga. À cela s’ajoute la question de la sécurité. Pour tous les objets connectés, vous pouvez remplacer le mot intelligent par vulnérable.

Un marché anecdotique qui peine à décoller

Si le marché est en forte croissance (on part quasiment de zéro), le connecté reste à la marge. Toujours selon le même institut seulement 1% du chiffre d’affaires de l’électroménager et seulement 5% de la domotique est concerné. Même les montres et trackers d’activité, qui représentent deux tiers des ventes, restent cantonnés à un public d’avertis. Les acheteurs ont du mal à être convaincus. On estime à un tiers le nombre de personnes qui utilisent ces objets et ne les utilisent pas. Lorsque l’utilité ne saute pas aux yeux, le prix lui peut. Ces derniers sont souvent jugés trop élevé compte tenu de l’usage qui est fait de ces objets.

Rares sont les success stories

Kickstarter a permis de faire naitre nombre de ces projets. Bracelet d’exposition au soleil, bandeau pour le sommeil, scanner de poche pour les aliments et encore bien d’autres, aujourd’hui des centaines de ces projets ne sont plus sur le marché, faute de résultat.

Et les chiffres concernant des monstres du marché attestent de cette réalité : en fin d’année 2016, les ventes d’Apple Watch ont chuté de 71,6%. Le fabricant canadien de montres et bracelets connectés Pebble a mis la clé sous la porte en décembre. Les télévisions connectées, comme celles en 3D, stagnent.

Des prévisions trompeuses

Reprenons les études statistiques menées il y a de ça presque 10 ans sur l’évolution des objets connectés. Au début des années 2010, Cisco misait sur 25 milliards d’objets connectés dans le monde en 2015 quand IBM en annonçait carrément 1000 milliards. Au bout du compte ? Leur nombre a péniblement atteint 15 milliards cette année-là selon Cisco lui-même.  L’institut Gartner en décompte pour sa part tout juste 6,4 milliards pour 2016. L’intérêt sur ce marché pour les médias voire pour les entreprises est de faire le buzz autour d’innovations toujours plus révolutionnaires.

Vous l’avez compris, il faut faire attention. La barrière entre une idée que l’on croit révolutionnaire et la valeur ajoutée du produit peut être immense.

Maddyness

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>