L’ICO, une révolution dans l’univers du financement des entreprises ?

L’ICO, une révolution dans l’univers du financement des entreprises ?

Share Button

Les leviers pour se financer son aujourd’hui importants : Corporate Venture, IPO, super Business Angels… représentant bin plus qu’une alternative au financement bancaire en France. Mais depuis quelques mois, il suffit de suivre l’actualité des levées de fonds pour voir qu’une nouvelle forme de financement explose : l’ICO (pour Initial Coin Offering).

Qu’est-ce qu’une ICO ?

Le principe est simple : plutôt que d’avoir recours aux sites de crowdfunding, au capital-risque, ou bien à la vente d’actions dans une introduction en bourse, on se finance via l’intermédiaire de la blockchain et des cryptomonnaies.

Mais pour savoir ce qu’est une ICO, il est nécessaire au préalable, de comprendre blockchain. La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée et fonctionnant sans organe central de contrôle. En quelque sorte, c’est une gigantesque base de données, transparente et que personne ne peut s’approprier. Il existe des blockchains publiques, ouvertes à tous et des blockchains privées, limitées à un petit nombre d’acteurs.

L’ICO : une nouvelle façon de penser dans le développement des entreprises

En quelques mois, les ICO sont devenues la nouvelle coqueluche de la blockchain. L’ICO est une forme très particulière de crowdfunding, appelée crowdsale ou token sale. C’est-à-dire une forme de financement participatif qui consiste à émettre et vendre des «tokens», des jetons virtuels cryptographiques se comportant comme une cryptomonnaie. Ces jetons peuvent être achetés en échange d’autres cryptomonnaies déjà établies comme le Bitcoin ou l’Ethereum, ou parfois aussi contre des devises.

Différentes plateformes d’échange de monnaies virtuelles autorisent ensuite le trading de ces jetons qui acquièrent, de fait, une cotation, à l’image de titres sur des marchés financiers. Toutefois, contrairement à ces derniers, la cotation échappe à toute régulation ou contrôle. C’est donc 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 que s’exercent des mouvements d’achats/ventes de jetons importants accompagnés d’une forte volatilité.

Ce modèle de levée de fonds est maintenant ouvert à tous les secteurs et on assiste à des collectes de capitaux toujours importantes tels que Bancor (153 millions de dollars), EOS (185 millions de dollars), ou encore Tezos (232 millions de dollars).

Quelque soit la solidité de son projet, il est difficile, pour une startup de se faire financer par des fonds d’investissement. ainsi, les ICO peuvent être vues comme un excellent intermédiaire de lever des fonds.

Un frein apparaît toutefois à l’heure actuelle au développement de l’ICO : la contrainte réglementaire. La définition juridique des ICO est encore inexistante ou floue dans de nombreux pays. Pour pallier à ce problème, les États sont de plus en plus nombreux à prendre conscience de l’importance que peuvent prendre les ICO dans le futur de l’économie. Comme toute innovation, il convient d’apporter des régulations à ce type d’investissement et certains choisissent, pour le moment, d’interdire en attendant la définition d’un futur cadre, à l’image de la Chine.

L’année 2017 restera comme celle qui a vu naître de façon rapide l’ICO. Cette nouvelle approche de financement bien qu’encore balbutiante est vue aussi bien comme un moyen de décentraliser que de désintermédier l’accès aux fonds.  Un mouvement certainement profitable aux entreprises ainsi qu’aux investisseurs.

 

Maddyness

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>