Pendant presque un siècle, le royaume d’Arabie saoudite comptait sur ses importantes réserves de pétrole pour porter son économie.

Mais ces dernières années, les prix du pétrole ont baissé rapidement, et l’Arabie saoudite cherche maintenant à diversifier son économie et moins dépendre de l’or noir.

La famille royale a lancé un plan baptisé « Vision 2030″ pour moderniser les villes à travers le royaume. Dans le cadre de ce plan, le pays annonce vouloir construire un Hyperloop, un immense système de transport pneumatique à haute vitesse qui voyagerait entre plusieurs villes de l’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis (EAU).

Début avril, Virgin Hyperloop One (une société basée à Los Angeles qui développe cette technologie) et le prince héritier Mohammed ben Salmane ont dévoilé un prototype de capsule Hyperloop pour le projet.

S’il est réalisé, ce système devrait considérablement changer la façon dont les résidents se déplacent entre les villes d’Arabie Saoudite et des EAU. D’après Virgin Hyperloop One, la capsule réduirait des trajets longs de plusieurs heures en quelques minutes.

Découvrez le projet en images ci-dessous.

L’Hyperloop de l’Arabie saoudite relierait plusieurs villes du Moyen Orient, dont Dubaï, Riyad, Jeddah et Abu Dhabi.

Le parcours exact de la ligne n’est pas encore défini, cependant. La société a annoncé fin 2016 qu’elle avait signé un accord avec l’autorité des routes et transports de Dubaï pour étudier la faisabilité de l’Hyperloop entre Dubaï et Abu Dhabi.

Voici une vue aérienne d’une potentielle gare Hyperloop:

D’après Virgin Hyperloop One, le système pourrait voyager à une vitesse deux à trois fois supérieure à un TGV.

La société affirme qu’il pourra atteindre une vitesse de 110km/h et transporter les passagers entre Dubaï et Abu Dhabi en 12 minutes, contre deux heures en voiture.

Un trajet entre Riyad et Jeddah — qui dure actuellement plus de dix heures — durerait seulement 76 minutes. Aller de Riyad à Abu Dhabi — actuellement huit heures et demi — prendrait 48 minutes.

Ci-dessous, une vue d’artiste d’un centre de contrôle, d’où une équipe contrôlerait le système Hyperloop.

En utilisant un type de moteur spécial, les véhicules de l’Hyperloop se déplaceraient par propulsion électrique à travers un tube à basse pression.

La société a construit un prototype de capsule pour le projet:

Les passagers pourraient commander une capsule en utilisant une appli, qui indiquerait quand le véhicule arrivera et à quelle porte (comme dans un aéroport).

Virgin Hyperloop One affirme qu’il y aura 120 portes pour les capsules, soit une capacité de 8500 passagers par heure.

Virgin Hyperloop One teste son système sur une piste d’essai, baptisée DevLoop, dans le Nevada, au nord de Las Vegas.

En décembre 2017, l’équipe a testé avec succès un système à taille réelle sur DevLoop. Le véhicule a atteint une vitesse de 386 km/h.

Le premier Hyperloop dans une vraie ville reste aujourd’hui un fantasme.

Alors que des villes utilisent depuis longtemps des systèmes pneumatiques pour transporter des petits objets, déplacer des personnes soulève des obstacles importants en terme de coût et d’ingénierie.

Par exemple, pour que les capsules voyagent à travers les tubes, il faudra concevoir un système de compression de l’air très rapide, qui produirait beaucoup de chaleur. De l’air conditionné à l’intérieur des tunnels pourrait aider, mais cela requerrait des tunnels plus larges, et plus chers.

Elon Musk est considéré comme celui qui a popularisé l’idée d’un Hyperloop moderne, et sa startup The Boring Company travaille sur son propre système.

En juillet 2017, Musk a annoncé sur Twitter qu’il avait reçu « l’accord verbal du gouvernement » pour que la Boring Company construise un système Hyperloop sous-terrain reliant les villes majeures du nord-est des Etats-Unis.

La société travaille actuellement sur deux projets, dans la région de Washington D.C. et à Los Angeles. Elle a commencé la construction de son site de tests à LA fin 2017.

Cependant, Boring a besoin de milliards de dollars et d’années de travail pour construire son premier tunnel officiel. A LA, une loi californienne sur la qualité de l’environnement régule les grands projets de construction, si bien que Curbed rapporte que le processus d’étude pourrait durer au moins trois à quatre ans à lui seul.

Virgin Hyperloop One et le gouvernement saoudien pensent que le transport en Hyperloop pourrait stimuler la croissance économique, diversifier les industries du pays, encourager les secteurs industriels et la tech dans le pays, et stimuler l’emploi dans la région.

« La visite et les discussions d’aujourd’hui lancent une nouvelle phase qui va faire de Virgin Hyperloop One une réalité dans le royaume d’Arabie Saoudite », déclare le DG de la société Rob Llyod dans un communiqué publié le 2 avril.

Source: Virgin Hyperloop One

L’Arabie Saoudite et les EAU explorent plusieurs options de transports futuristes. Début 2018, Dubaï a commencé à rester des capsules autonomes, que la ville pourrait utiliser comme moyen de transport local ces prochaines années.

La construction d’un immense système Hyperloop serait encore plus ambitieux.